DU NOUVEAU SUR LE SAINT SUAIRE

Une ressemblance étonnante :
LE SUAIRE DE TURIN et LE VISAGE du PERE du peintre MASACCIO

 

C’est un artiste Hongrois, Ferenc Svindt, graveur de timbres, qui a fait cette découverte :
Le Visage du Père, de Masaccio , sur une fresque dans le couvent de Santa Maria Novella à Florence et le visage de l’Homme du Suaire de Turin ont une ressemblance étonnante . Ferenc Svindt a produit ainsi une " image des deux visages " qui a été tirée en timbre par les Postes de Hongrie à Pâques 1999. C’est certainement le début d’une aventure qui n’a pas dit son dernier mot.
Voici comment il explique sa découverte :

" On m’avait demandé de peindre une image pour décorer l’autel dans une grande réunion religieuse où devaient venir des milliers de personnes, la Rencontre Nationale du Renouveau en Hongrie. Comme je suis moi même croyant , j’ai prié avec ma femme, et mes frères de la Communauté Emmanuel, et je pensais à peindre le visage du Sauveur tel qu’on le voit sur le saint Suaire. Au cours d’une prière de louange du matin on m’a communiqué cet texte de l’Ecriture : " Si donc j’ai trouvé grâce à tes yeux, daigne me faire connaître tes voies… " - Yahvé dit " Ma face vous accompagnera… "(livre de l’Exode, Ch 33, versets 13 à 16. "

" Au début je voulais simplement agrandir une photo du Saint Suaire et la copier sur la toile, car je n’osais pas créer moi même un visage de Jésus. Mais j’ai vite compris que ce n’était pas faisable. "

" Alors j’ai feuilleté des livres d’art pourvoir comment les grands maîtres de la peinture avaient représenté le visage du Christ. Et c’est ainsi que j’ai découvert une ressemblance étonnante entre le visage de Dieu le Père d’une fresque du peintre Masaccio et le visage se trouvant sur le Saint Suaire. Il s’agit d’une fresque représentant la sainte Trinité, dans l’Eglise Santa Maria Novella à Florence. "

" Plus, après une analyse comparative menée sur mon ordinateur, j’ai été bouleversé : j’ai découvert que , non sulement les deux visages se ressemblent beaucoup, mais que leurs traits principaux sont pratiquement identiques. "

" Il est peu probable que Masaccio ait pu voir le Suaire car à cette époque , la fin du XIVeme siècle et début du XV eme, le saint Suaire était gardé en France, et je n’ai trouvé aucune allusion dans la biographie de Masaccio à un voyage dans ce pays. De toute façon , je suis convaincu que , même s’il avait vu le fameux linceul tel qu’il se présentait alors, sans l’aide de la photographie, il n’aurait pu voir qu’une image négative et quelques taches à peine visibles. Je crois que la fresque de Masaccio est une œuvre inspirée, inspirée par l’Esprit Sainte. En la voyant j’ai compris que le Père s’est véritablement révélé dans le Fils, et par le Saint Esprit, selon ces paroles de Jésus dans l’Evangile de saint Jean : " qui m’a vu a vu le Père ". Et moi en voyant le visage du Christ dans le Suaire et celui du Père dans la peinture de Masaccio, le mystère de l’unité du Père et du Fils est devenue pour moi plus réelle , plus accessible. "

" Et maintenant, je rends grâce au Seigneur d’avoir pu réaliser cette image des " deux visages ". On ma demandé d’en faire le timbre de Pâques 1999 pour les Postes Hongroises, et je suis heureux qu’au delà du timbre, cette " image des deux visages " puisse être regardée par beaucoup ,et qu’elle leur parle du Père et du Fils ".

 

Ferenc Svindt

© Copyright, tous droits réservés sur l’image et le texte, Ferenc Svindt