Page d'accueil des dossiers Science et Foi
L’histoire du cosmos
Par Philippe Quentin
Professeur de Physique théorique, Université Bordeaux I

Le premier chapitre de la Genèse, le livre inaugural de la Bible, nous raconte la création du monde qui nous entoure et notre propre création sous la forme d’une vaste fresque historique. Par ailleurs, la majorité des scientifiques (dans ce qui suit on les appellera indifféremment physiciens ce qui inclut donc astronomes et astrophysiciens) depuis plus de 70 ans, nous décrivent un cosmos non stationnaire, c’est-à-dire en constante évolution. Cette description s’est progressivement enrichie en un corps de théories qu’on qualifie du terme générique de théories du big bang.

Y a-t-il place pour ces deux discours dont il est facile de repérer qu’ils sont très différents, ne serait-ce que par le style ? Si non, lequel est le bon ? Si oui, comment peut-on les concilier ? C’est à ce type de questions que nous voudrions tenter de répondre succinctement dans les lignes qui suivent.

Sur les murs de la “Chambre de la Signature” au Vatican, se déploie la composition grandiose de “l’École d’Athènes” de Raphaël. On y trouve au centre deux nobles personnages, l’un pointant un index impérieux vers les cieux, l’autre étendant d’un geste ample la main au-dessus du sol. Quoi qu’il en soit de la pertinence de l’assimilation du premier à Platon et du second à Aristote, l’ensemble des deux attitudes résume à merveille la démarche profonde du scientifique chrétien. Ce dernier, en effet, tient autant à ce qu’il lit dans le cosmos qui l’entoure qu’à ce qu’il découvre dans une Révélation qui lui vient d’ailleurs. Comme nous le rappelle la tradition constante de l’Église de saint Paul à Jean Paul II en passant par les deux Conciles du Vatican, il est a priori tout à fait clair que le Dieu Sauveur de l’homme ne peut pas contredire le Dieu Créateur du cosmos. D’une certaine façon, les deux aspects du même Dieu s’éclairent l’un l’autre.

Ceci est assez simple à admettre si Dieu est un Dieu unique. Mais l’ayant affirmé, est-ce que pour autant tout est dit, est-ce que pour autant il n’y a pas eu, il n’y a pas ou il n’y aura jamais de problèmes pratiques quand on veut rassembler en soi les deux discours de la foi et des sciences, en particulier pour ce qui concerne l’histoire du cosmos ? En réalité, si cela est clair sur le plan du principe, il y a là vraiment matière à réflexion si l’on veut creuser un peu dans le détail une telle question. À cet effet, nous allons tout d’abord résumer ce que nous disent les sciences puis aborder très brièvement ce que nous dit la Bible sur ce sujet, avant de conclure en mettant en rapport leurs deux discours.


Ce texte est issu du numéro 142 de la revue Il est Vivant!