La chronique de la semaine Le bonheur est-il possible ?
Chronique du 5 février 1998

 

Lettre à un jeune

Nous cherchons tous le bonheur, mais où le trouver ? Bonheur signifie paix, joie, amour... tout cela et plus encore. Il semble difficile de trouver le bonheur dans notre monde. Serait-il alors une simple illusion ? Je ne peux pas le croire. Si un tel désir m’habite, ce n’est pas pour rien.

« En tout ce qu’il fait, l’homme recherche le bonheur. » (Aristote)

Que faire alors ? Il doit pourtant être possible de se sentir à l’aise, bien dans sa peau, avoir le sentiment que notre vie a un sens.

« Le suprême bonheur dans la vie, c’est la conviction d’être aimé tel que nous sommes, ou mieux, malgré ce que nous sommes. » (Victor Hugo)

Mais qui m’aime tel que je suis ? Ceux qui m’entourent, peut-être pas... pas assez. Ils n’arrêtent pas de me dire que je devrais être un peu plus que mon frère, un peu plus que ma sœur, ou comme mon père...

Je ne suis pas assez bon, pas assez intelligent, trop gros, trop mince... qui pourra m’aimer pour moi-même ?

« Venez à Moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et je vous soulagerai. car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez le repos, car mon joug est doux et mon fardeau léger.» (Jésus Christ, Evangile selon St. Matthieu 11, 28-30)

C’est vrai, s’il existe quelqu’un qui nous aime pour nous-mêmes et tel que nous sommes, c’est bien Celui qui nous donne la vie. Il nous a aimés, il nous a appellés à être, sinon nous ne serions pas là.

Peut-être vous demandez-vous, si Celui-là vous aime encore maintenant, parce que vous avez fait des erreurs, des fautes peut-être...

« Sans doute vous ne me connaissez pas au fond. J’ai fait pas mal de gaffes dans ma vie, j’ai blessé pas mal de personnes, même parmi ceux que j’aime. »

La meilleure preuve que Dieu nous aime toujours, malgré les gaffes que nous avons pu faire, c’est le fait qu’Il nous a envoyé son Fils, afin que nous puissions déposer nos fardeaux à ses pieds. Nous pouvons nous approcher de Lui avec toutes nos souffrances, nos soucis, nos fautes, et même nos péchés. Dieu est notre Père. Il nous aime. Il nous pardonne, c’est-à-dire, qu’il nous donne d’être tout neufs.

« Rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est en Jésus Christ, notre Seigneur. » (Paul, lettre aux romains, 8,39)

Dans la belle prière que Jésus nous a laissée, nous pouvons nous adresser à Dieu, et Lui demander de nous révéler tout son amour pour nous. Il peut nous donner le vrai bonheur, le bonheur de se savoir aimé pour l’éternité, le bonheur de l’enfant de Dieu.

Notre Père

Notre Père qui es aux cieux,
Que ton règne vienne,
Que ta volonté soit faite,
Sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui
Notre pain de ce jour,
Pardonne-nous nos offenses,
Comme nous pardonnons aussi,
A ceux qui nous ont offensés,
Et ne nous soumets pas à la tentation,
Mais délivre-nous du mal.
Amen.

 

Vous pouvez nous poser vos questions. Ecrivez à Marc Timmermans, prêtre hollandais, curé de la Paroisse Maria Geboorte.