Sommaire

Qui était Isaac Jogues, ?

 

 

Né à Orléans (1607), mort à Ossernon dans l’Etat de New York (1646), missionnaire au Canada, premier prêtre à New York, deux fois martyr.

     Isaac Jogues, un prêtre Jésuite, est envoyé comme missionnaire au Canada, pris par les Indiens il est torturé, s’échappe, et pris une seconde fois, subit le martyr.
     En 1636 il quitte la France, où il est né, avec un groupe de Jésuites envoyés au Canada. Avec eux il exerce son ministère dans divers postes lorsqu’il est pris dans une embuscade par un parti d’Indiens Mohawks, avec son compagnon René Goupil et plusieurs Indiens Hurons qu’ils accompagnaient. Ces prisonniers sont sauvagement torturés et tués, mais Isaac Jogues n’est pas mis à mort et gardé comme esclave. On lui a arraché les cheveux et les ongles, écrasé les doigts. Les autres blessures dont son corps est couvert s’infectent et des vers coulent des plaies, dit-il.
      Il raconte tout cela dans une lettre à son supérieur provincial, en ajoutant que son pouce gauche a aussi été coupé. « je remercie Dieu qu’ils m’ont laissé le droit », grâce à quoi il peut écrire à sas confrères.

     Pendant qu’il accompagnait dans une expédition de pêche ses ravisseurs, le groupe passa par un village de Hollandais où les colons aidèrent Jogues à se cacher et lui font gagner la Nouvelle Amsterdam, aujourd’hui la ville de New York où il sera le premier prêtre catholique à exercer. Au bout de quelques mois il s’embarque pour l’Europe. Transféré sur une barque de pêche à la pointe du Finistère, il rejoindra à pieds la maison provinciale des Jésuites à Rennes. « Là « il est aussi joyeux que s’il n’avait rien souffert et animé de zèle pour retourner parmi les Hurons parmi tous ces dangers, comme si les périls étaient pour lui une sécurité ».
     Isaac Jogues retourne effectivement au Canada en 1644. Il est envoyé comme ambassadeur de paix auprès des Iroquois dans la région qui est aujourd’hui l’Etat de New York. Mais ces Indiens changent de position, les font prisonniers lui et son compagnon Jean de La Lande, ils sont battus et gardés en captivité jusqu’au jour où un Indien du Parti de la guerre les tue par surprise.

  Fête : avec les Martyrs Canadiens, Saint Jean de Brébeuf et ses compagnons, le 19 octobre.

Cynthia Cavnar

D’après Cynthia Cavnar,
« The Saints from A to Z : An Inspirational Dictionary » Servants Publications